LA FETE DE LA MUSIQUE EN PROVINCE

J’ai testé pour vous…


La Fête de la Musique en Province

Le pitch: En 1982, date de la création de la Fête de la Musique, j’avais 5 ans. Depuis, j’ai dû en tout et pour tout faire 5 FDM. Ce score minable ne dénote pas de désintérêt particulier pour la culture musicale, encore moins pour la fiesta, non, il vient en grande partie du fait qu’avant, dans mon autre vie j’étais parisienne.

D’aucun pourrait penser que plus on est de fous, plus on rit, et que la FDM à Paris, ça doit être une ambiance de folie, avec des découvertes musicales à chaque coin de rue ou presque, et des panachés dégustés en terrasse (j’aime pas la bière) pendant qu’un petit groupe de folk pousse la chansonnette sur fond de Sacré Coeur.

Qu’est ce qu’elle dit? En réalité, la FDM à Paris, ce serait plutôt « Si tu as quelques heures devant toi, le programme et un bon plan de la ville, tu réussiras peut être à trouver un groupe de Métal hurlant cerné par une foule de gens bourrés à la bière dès 17h, et comme de toute façon tu es trop petite (mère nature la truie comme dirait Caro), tu ne verras rien d’autre que des jambes poilues et des aisselles malodorantes ». Mon premier souvenir de FDM n’est dailleurs pas franchement réjouissant, ma mère ayant manqué se faire renverser par un chauffard ivre qui circulait dans les rues bondées de monde. Autant vous dire que j’avais renoncé pour les quelque 20 ans à venir. Mais c’était sans compter sans la magie de la province…

Il y a deux ans, nous avons fait une première tentative de sortie le soir du 21 juin, parce que « mArde, on est encore jeunes kouwa », et puis en Province, c’est forcément différent. Sauf que comme nous avons un raisonnement qui sort parfois un peu de l’ordinaire, nous avons trouvé que c’était une drôlement riche idée que de sortir vers 23h30. Que je vous explique: 23h30, dans une province de l’Est de la France, c’est Techno. mais alors Techno-techno hein, avec des filles dread-lookées qui dansent frénétiquement et des mecs à casquette et bermudas qui boivent des bières et dansent frénétiquement. Aussi. On est rentrés.

Et puis, parce qu’un bon ami à nous est musicien et qu’il y tenait vraiment, nous avons retenté une sortie hier soir. Grand bien nous en a pris: Si on snobait les quelques pseudos DJ agités qui faisaient hurler leurs platines, c’était une vraie bonne surprise: L’ambiance était festive mais bon enfant, il y avait de petits groupes de rock tous meilleurs les uns que les autres (notamment les Broken Strings, entre le métal et le punk, vraiment très bons), et puis, on pouvait vraiment s’asseoir en terrasse pour déguster un panaché, et non pas s’accroupir par terre pour boire à même la canette.

Verdict: Je ne sais pas si Paris a le monopole de la culture musicale, en tout cas certainement pas celui de la Fête de la Musique réussie. J’étais suffisamment à l’aise pour en profiter, je n’avais le sentiment d’avoir dépassé la moyenne d’âge d’une bonne dizaine d’années, ni de devoir me laisser pousser les locks pour avoir l’air branchée. C’est décidé: L’année prochaine, c’est moi qui chante.

Publicités

A propos June

Femme, 32 ans,polymorphe
Cet article, publié dans Brèves de comptoir, Humeurs, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour LA FETE DE LA MUSIQUE EN PROVINCE

  1. En tant que parisienne pour moi la FdM c’est effectivement synonyme de foule, piétinement, mecs bourrés, flaques de vomi, merguez douteuses…
    Argh.

  2. Enka dit :

    Même constat ! j’ai fait une fois la FDM à Paris : suis passée par hasard vers des petits groupes sympa mais ça reste anecdotique ! Pareil pour Lyon : ok cette année il y avait Tété place Bellecour mais sinon c’est surtout vendeurs de barbapapa (et les passants qui se croient autorisés à t’en chiper un morceau au passage), merguez, frites, épées de Jedi luminescentes …. La meilleure FDM a été pour moi à Chalons sur Saône , petite ville de Bourgogne : pleins de petits groupes installés de partout même dans des librairies qui poussent les étagères de livres pour l’occasion, de belles découvertes … Et à Villeurbanne , ma ville actuelle (presque un arrondissement de Lyon !) la fête dans la rue c’est la semaine juste avant la fête de la musique et ça s’appelle » les invités le festival pas pareil » et ça c’est vraiment génial : arts de rue et concerts gratuits pendant 4 jours : http://invites.villeurbanne.fr/index.html

  3. bullesdinfos dit :

    Moi ça fait belle lurette que j’ai abandonné la FDM à Paris. Mais j’aime la musique : j’encourage mes amis musiciens et je vais aux concerts… toute l’année. Donc ce jour je fais relâche 😉

  4. June dit :

    Tu as le sens du sacrifice toi on dirait: des concerts toute l’année, trop dur 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s