Femibook, réseau social féminin

J’ai testé pour vous…


Le pitch: Femibook se veut le « premier réseau social exclusivement réservé aux femmes ». Ouvert officiellement depuis le 8 Mars 2010 (pour la journée de la femme), le site compterais un demi-millier d’utilisatrices selon son créateur.

Qu’est ce qu’elle dit? Je suis très connectée réseaux sociaux et communautés féminines. L’idée de me retrouver sur un espace d’échange convivial dans la lignée de Facebook me séduit. J’aime l’idée de pouvoir discuter avec des femmes de tous horizons, d’échanger sur le boulot/les formations/la politique ou les crèmes anti-cellulite sur la toile comme autour d’un café, tout en partageant des photos, des vidéos et des infos perso.

Il faut avouer que j’aime également la fausse indiscrétion des statuts Facebook: Savoir que par exemple qu’une ancienne copine de classe a tondu sa pelouse aujourd’hui me ravi, bizarrement,  j’ai le sentiment de partager l’intimité de tout un chacun, et si ça peut en gêner certains, ça me donne l’impression d’une vaste communion d’esprit autour de thèmes comme « J’ai pris du vin blanc à l’apéro c’était bon » ou  » j’ai fini ma tarte aux quetsches, je suis super content ».En gros je me sens chez moi chez vous, grâce à vos statuts.

Bref. revenons en à nos réseaux. Je me suis inscrite sur Femibook assez facilement, grâce à la connexion automatique avec mon profil Facebook ( mais est-ce une si bonne chose, cette omniprésence de Facebook sur le web?)Première constatation: A chaque inscription, une fenêtre de publicité pour des sites de rencontre vous agresse. Je ne sais pas pour vous, mais moi ça m’a immédiatement donné  l’impression d’entrer au Macumba club un samedi soir à Vaison la Romaine, niveau intimité on repassera.

L’interface, très similaire à Facebook, m’a désorientée: J’avais tendance à chercher mes repères de facebookienne experte, sans vraiment les trouver. Ne sachant pas trop comment me faire des copines, je suis allé visiter les différents groupes: Je ne sais pas où se cache le demi-millier d’adhérentes, mais visiblement pas là. J’ai donc vagabondé sur des profils divers et variés, mais dans la majorité très peu renseignés. Un des attraits du site est qu’on n’a pas besoin d’être « ami » avec les membres pour interagir.Bien sauf, que dans les faits, je me vois mal aborder une inconnue pour lui dire « wahou super ta coupe de cheveux, on dirait Kim Wilde! »

Une fonctionnalité qu’on ne trouve pas sur Facebook m’a fait tiquer: On peut renseigner un onglet « animaux »: Il s’agit de remplir une fiche signalétique sur son animal domestique: Son apparence, son mental, ses compulsions alimentaires, etc… Je l’ai quand même renseignée, pour voir, mais honnêtement, une femme a t elle plus envie qu’un homme de parler de son « Chachou » , ou de son  » lapin-minou »? C’est un peu bêbête, non?

Verdict: Pas convaincue.Le site manque de dynamisme, l’interface est trop similaire à Facebook sans en avoir la navigation intuitive, l’ensemble du site manque de convivialité.

Cependant, Femibook en est à ses prémices, et Facebook a également du affronter le désaveu de ses internautes à ses débuts (Mais si souvenez vous, tout le monde parlait de « fermer (mon) compte Facebook parce que vraiment je ne vois pas l’interêt »!). Aujourd’hui, Facebook compte 400 millions de membres dans le monde. Souhaitons le même succès à Femibook…

Et vous, qu’en pensez vous?

Publicités

A propos June

Femme, 32 ans,polymorphe
Cet article, publié dans On ze web, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s